Deux aspects de ce néologisme sont considérés dans l’évolution actuelle de ma peinture: la transe spirituelle dans l’action et l’usage des formes ainsi que de leur transformation systématique dans le processus de création.

C’est le point départ d’un processus d’expression plastique qui consiste à transformer les formes ou les éléments connus du registre pictural. Ces formes sont celles, à la base, de la représentation visuelle de l’espèce humaine (le carré, le cercle : régulier et brisé, le triangle et la croix grecque et oblique); les éléments sont : la couleur, les gestes, la texture et une certaine écriture picturale générée par le geste sous l’impulsion de ces formes.

Je tiens à mettre l’emphase sur la notion de structuration de la surface par ces formes spécifiques.

Dans ce parcours, il faut voir, une manière d’évocation implicite du spirituel dans l’art. Mes expériences s’élaborent depuis plus d’une vingtaine d’années dans la poursuite des transformations multiples que doivent subir celles-ci sous l’effet des combinatoires innovatrices et de leur mouvement dans l’espace. Mon rêve serait d’effectuer le tour du monde et de ses cultures afin de découvrir d’autres facettes de la présence de ces formes.

Bonne promenade dans cet univers purement plastique!

Transe-formes Xll a été réalisée en collaboration avec l’artiste français Dorian Olivero, des dessins des enfants et de l’entourage immédiat de l’artiste; de Mike Garellis et David Imbert et l’apport symbolique de l’artiste Michel Beaucage.

L’année 2007 sera marquée par un souci d’évocation de l’histoire des moyens et outils de la peinture contemporaine

Le samedi 18 mars 1995, le journal The Gazette titrait en page couverture de la section des Arts « Seeking a language for all » et en sous titre «Haitian artist blends traditional forms with exoticism of tropics» (L’artiste haïtien fusionne des formes traditionnelles avec l’exotisme des tropiques) lors d’une exposition solo à la galerie l’Art contemporain.

Mon langage, 11 ans plus tard, s’érige en un système dynamique me permettant de créer un parcours d’expressions picturales libres qui fonctionne parfaitement. Même dans des projets collectifs avec plusieurs enfants et parents. Un langage pour tous qui s’élabore à partir des formes universelles de base de la représentation visuelle.

Ma démarche, aujourd’hui, consiste à évoquer une histoire de la peinture contemporaine et actuelle dans une recherche picturale qui propose les notions de base telles que le geste singulier et spontané, purement autonome& la matière, la répétition, la transparence, l’opacité, le collage d’images hétéroclites que j’utilise comme le «Ready Made».

Avec l’apport des éléments de la peinture elle-même, je m’amuse à créer un univers qui se structure à l’aide d’une seule forme, soit le carré. Il en résulte une surface où prédomine ce carré magique qui a pour fonction essentielle d’harmoniser la composition. Une entreprise qui s’avère possible malgré l’hétérogénéité des éléments : dessins, traits, rythmes, couleurs, gestes et écriture, aplats, dégoulinures, fragments découpés des études en cours sur papier et sur toile etc. se mettent en scène pour laisser transparaître l’OUTIL utilisé qui s’illustre.

Mouvement

Forme et fonction, par ailleurs, s’articulent pour créer des rythmes qui révèlent le mouvement de la ligne qui apparaît et disparaît. Affirmant ainsi la beauté de la discontinuité d’une part, permettant de l’autre d’appréhender le phénomène de l’abstraction en lui-même. Lequel phénomène permettant à la fois de saisir d’un coup d’oeil les mouvements vers l’intérieur et l’extérieur du tableau, de cette ligne virtuelle créée par la disposition des éléments dans une composition qui joue sur la virtualité de cette surface carrée en l’occurrence. Les oeuvres en général, sont constituées de plusieurs carrés en tant que support individuel pour révéler la toile.

Un parcours qui me permet de pérenniser dans l’oeuvre à faire un motif, par exemple, qui m’a séduit. L’objectif consiste à le faire fonctionner d’une autre manière de l’univers du quotidien au mien. Toujours sous l’impulsion du carré structurant; imprévisible et chaud car l’absence des coins aigus et froids fait prédominer la dimension humaine et organique pour asseoir la notion de stabilité et de quiétude.

En définitive, l’expression libre ou la notion de liberté sont toujours prépondérant dans cet état d’être que la matière exalte. Toute l’entreprise se présente comme un jeu qui impose ses propres règles qui se transgressent aux grés des découvertes de forces vives et véhémentes de la matière. Un jeu dont la finalité se résume à mettre en lumière un état d’être tout simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *